Les députés européens refusent de limiter les expériences sur les animaux

Publié le par Félix



 Rapport du parlement européen



Ils ont fait leur B.A  pour les phoques, avec des dérogations qui laissent présager de ce qui  pourrait se passer .Ils ont fait fort ! On fait un petit cadeau , pour montrer combien "on" est sensible aux animaux, et quelques heures plus tard ou plus tôt on refuse d'arrêter la TORTURE !. Il ne faut pas exagérer  .. Il ne faut pas trop en demander ! La torture " avec éthique" bien entendu peut non seulement avoir lieu, mais progresser  !
Cette perversité des mots me fait horreur, et les politiques  tout autant . En prenant cette décision en "faveur" des phoques ( !!)  ils ont ainsi fait passer cette décision de refuser de limiter la vivisection .C'est un  coup de poignard dans le dos .

 Félix


"Le monde n'avance que grâce à ceux qui s'y opposent." Goethe


http://www.europarl.europa.eu/news/publ ... ult_fr.htm


http://www.lemonde.fr/planete/article/2009/05/05/les-deputes-europeens-refusent-de-limiter-les-experiences-sur-les-animaux_1189320_3244.html#xtor=RSS-3208



Les députés européens refusent de limiter les expériences sur les animaux


Les députés européens ont refusé, mardi 5 mai, de limiter l'expérimentation scientifique en laboratoire sur les animaux et le recours aux primates, pour éviter de compromettre la recherche médicale. "Nous voulons tous réduire le nombre de tests sur les animaux. Mais les citoyens européens demandent aussi à juste titre les meilleurs traitements médicaux les plus efficaces possible", a déclaré le conservateur britannique Neil Parish, dont un rapport en ce sens a été approuvé par 540 voix contre 66 et 34 abstentions.


Les élus ont ainsi modifié une proposition de la Commission prônant la limitation plus stricte de l'usage de certains singes. "C'est un compromis entre la nécessité d'assurer que la recherche puisse se poursuivre dans l'Union européenne et celle d'améliorer le bien-être animal", s'est justifié Neil Parish.

Les parlementaires se sont en revanche prononcés pour l'interdiction de l'utilisation des grands singes – chimpanzés, bonobos, gorilles et orangs-outans –, qui sont menacés d'extinction, sauf s'il s'agit d'expérimentations ayant pour but la conservation de ces espèces. Mais ils ont refusé de restreindre de manière drastique les possibilités d'utilisation de primates comme les ouistitis et les macaques, car cela pourrait "pénaliser la recherche européenne au profit de ses concurrents américains ou asiatiques, moins stricts en termes de bien-être animal".

"OBSCÉNITÉ"

Le Parlement a également rejeté l'idée que l'utilisation des primates non humains soit restreinte aux seules maladies à la fois "invalidantes et potentiellement mortelles", ce qui "risquerait d'entraver sérieusement les recherches notamment sur certains cancers, la sclérose en plaques ou la maladie d'Alzheimer".

Les défenseurs des animaux ont réagi avec fureur : "Les chercheurs seront autorisés à causer des souffrances graves et prolongées aux animaux, ce qui constitue une obscénité dans une société civilisée", a commenté la Coalition européenne pour l'interdiction des expériences sur les animaux.

L'industrie pharmaceutique a en revanche salué le résultat du vote. Le directeur général de l'Association des industries pharmaceutiques en Europe, Brian Ager, a salué cette décision et a invité les Etats européens à prendre en compte les réserves du Parlement pour "permettre la poursuite de la recherche en Europe".

Le dernier mot sur le sujet n'a toutefois pas encore été dit. Le nouveau Parlement issu des élections de juin devra engager des négociations avec les représentants des Etats membres dans le but de conclure un accord et de valider le vote de mardi.

Environ 12 millions d'animaux sont utilisés chaque année dans l'Union européenne à des fins de recherches scientifiques.






Dans les laboratoires publics et privés, 24 heures sur 24...

1 animal meurt torturé toutes les 12 secondes en France

1 animal meurt torturé toutes les 3 secondes en Europe

25 animaux (minimum) meurent torturés chaque seconde dans le monde.



Commenter cet article

Marie-Dominique Démaret 09/05/2009 17:56

Il faut effectivement réagir massivement et tout de suite, avant que l'oubli ne s'installe, il faut montrer à quel point l'opinion de la majorité des européens a été baffouée au nom du profit, à quel point nous vivon dans une société mercantile et immorale.Merci pour cet article et le rappel de ces chiffres douloureux et honteux, en lettres de sang.

Félix 08/05/2009 21:15

Merci Jo . Il faut vraiment que les gens réalisent que seule une mobilisation pourra faire qu'un jour la torture sur l'autre soit considérée comme un crime, ce qu'elle est . On ne peut pas au nom de la science utiliser des êtres qui ne peuvent s'opposer, qui ne sont donc pas consentants, et que l'on fait souffrir jusqu'à ce que mort s'ensuive ;mort qui est un bienfait tant l'expérimentation est atroce.
L'accepter, la favoriser , la récompenser est la faillite de notre humanité.

jo 08/05/2009 21:05

bien, bien;..ton article.je t'enverrai du monde.