Cause animale et politique par Gérard Condorcet

Publié le par Félix



www.ecologie-radicale.org
      

 
          Cause animale et politique.
 
Nul ne conteste plus que le rapport à l’animal non-humain constitue une question d’éthique pratique essentielle.
 
Ce qui permit longtemps aux humains de mépriser les autres espèces, les vieux dogmes sacrificiels et la frontière ontologique entre l’humain et le reste du vivant, cèdent devant les avancées des connaissances et de la conscience.
Il y a une unité fondamentale du vivant et l’humain est une espèce parmi les autres espèces, toutes fruit d’une évolution que les obscurantistes illuminés nient en opposant leur foi aux données objectives de la paléontologie et de la biologie moléculaire.
 
 
Les biologistes, les philosophes, les écologues, comme dans un autre domaine les climatologues, imposent une évolution des concepts.
Toutefois, dans l’ordre législatif et  dans l’ordre comportemental, les lobbies et la force des habitudes, les intérêts et les égoïsmes, perdurent à maintenir l’animal non-humain au rang de chose.
 
Qui se soucie de ne pas ouvrir une route en secteur naturel pour préserver les chouettes hulottes et les hérissons peuplant encore cette zone hospitalière ?
 
Reconnaissons que les pouvoirs publics et les « beaufs » moyens ignorent superbement cette problématique et ne raisonnent qu’en termes spéculatifs et anthropocentriques.
 
Qui se préoccupe des tortures infligées aux animaux d’élevage concentrationnaire, aux dents meulées, aux queues coupées à vif, aux porte-viandes maintenus immobiles pour faire de la graisse ?
 
Le consommateur avachi, formaté par les médias complices, ne supporterait pas la vue de ces sévices,  ne pourrait pas les perpétrer personnellement (ce qui est tout de même un progrès), mais s’accommode de son ignorance confortable, se déchargeant sur des plus frustres des basses besognes.
 
Qui s’avise d’exprimer sa pensée et de condamner le chasseur, tueur pour le plaisir, ou l’amateur de tauromachie ?
 Attention ! Emettre une opinion quelconque comporte le risque de déplaire et le sujet de la société n’est guère porté  à prendre parti. Ni Résistant, ni collaborateur, il attend prudemment le moment de suivre, de très loin, le cortège des vainqueurs.
 
Alors, le conformiste basique, le citoyen modal, aime son chien, son chat et le beau cheval mais ne veut rien savoir des conditions d’élevage des animaux de « ferme », tolère la chasse qu’il considère dans le silence de sa lâcheté comme un loisir d’arriéré et se garde bien de déranger, de bousculer, de sortir du troupeau assoupi.
 
La question animale est une question politique.
Nombre d’associations et de militants de la cause du vivant se voudraient « apolitiques », histoire de conserver les « mains propres ».
Reprenant une formule célèbre : A vouloir des mains propres on finit par ne plus avoir de mains.
 
Voilà pourquoi rien ne bouge.
Quant aux fossiles de la  « politique traditionnelle  », ils n’ont guère le courage de s’aliéner les voix de ceux qui ne voteront jamais pour eux et donnent dans l’anthropocentrisme.
 
De CHARYBDE  en SCYLLA, il y a ceux qui font de l’écologie pour les seuls humains, privant ainsi leur démarche de toute portée éthique, et ceux qui se présentent aux élections avec pour seul programme la défense animale, ce qui étant trop réducteur les condamne à  l’inexistence.
Evitons CHARYBDE, l’apolitisme pusillanime et SCylla, l’oubli de l’éthique fondamentale, celle de la réconciliation de l’humain avec la biosphère.
 
Abolir la chasse, mort loisir, la corrida, mort spectacle, interdire les modes de traitement concentrationnaires et cruels des animaux d’élevage, intégrer la protection de la Nature comme impératif de l’aménagement de l’espace, représentent le volet éthique de toute politique écologiste.
Mais, l’humain qui n’est le centre de rien puisqu’il n’y a pas de centre, ne saurait être  ignoré dans un combat politique qui exige que soient :
--- Borner les égoïsmes et les appétits individuels par  des politiques de solidarité, de redistribution, c’est-à-dire contenir les revenus indécents ne correspondant à aucune utilité publique,
--- remplacer un agent public partant à la retraite par deux pour améliorer les services publics de la protection de la Nature, de la santé, de l’instruction, de la justice, de l’aide sociale ;
----  tirer vers le haut  le statut du salariat,de la garantie sociale contreles risques de la maladie, de la vieillesse et du sous-emploi qui n’est pas pire que le mauvais emploi contraire à l’épanouissement de l’individu et au respect de la terre, le travail n’étant pas une valeur en soi ;
---- déclarer la guerre commerciale par la taxation aux frontières aux Etats voyous  et dictatoriaux ne respectant ni les droits sociaux ni les impératifs écologiques et instaurer de nouvelles règles aux échanges mondiaux de façon à pénaliser ceux qui captent les emplois par le servage et la pollution.
 
Au fond et en résumé, faire l’inverse point par point de ce que font les gouvernants.
La secte des adorateurs du Marché, de l’argent, n’aiment ni l’arbre, ni l’animal, ni l’humain.
Leur ordre infernal repose sur l’exploitation maximisée et le mépris des êtres.

                      Gérard CONDORCET, dimanche 27 décembre 2009

CONVENTION VIE ET NATURE POUR UNE ECOLOGIE RADICALE

Publié dans Condition animale

Commenter cet article

dédé 23/02/2016 00:49

Quel connard ce mec !! cvn = terroristes !!

Félix 23/02/2016 10:00

Votre commentaire renseigne sur la personne que vous êtes. Quant au mot "terroriste" utilisé par vous, et appliqué à ceux qui ne tuent pas, lesquels au contraire des terroristes refusent que l'on puisse exterminer l' autre, cela renseigne aussi sur votre connaissance de la signification des mots.