Véritable visage des pro corridas, et un témoignage de Delphine SImon

Publié le par Félix

 

  Voici comment ceux qui  torturent  les taureaux  se sont comportés dans les arènes de Rodilhan le samedi 8 octobre 2011.

Cette fois il s'agissait de torturer à mort six petits veaux, par des "graines de toréros" ..

Ces gens là se sont montrés tels qu'ils sont, c'est à dire des barbares, haineux, brutaux, excédés de devoir attendre le moment de jouir de la boucherie donnée en spectacle.

La vidéo ci jointe montre leur brutalité, leur haine et leur désir de massacrer ceux qui se battent pour le respect de la vie de l'autre.

http://www.dailymotion.com/video/xlk9jx_rassemblement-anti-corrida-arene-rodilhan-08-10-11_news

 

Je vous donne aussi à lire le poignant témoignage de Delphine Simon .

 

 

 

Un témoignage

 

Quand on est arrivés près des arènes, par petits groupes de deux, on est passés près du camion où vous attendiez, sans le savoir, votre massacre prochain…

Alors je vous ai envoyé une pensée, « on va faire en sorte d’empêcher le massacre »…

Et puis on est rentrés, comme hors du temps, dans cette arène, malaise, je regardais les gens autour de moi et je me demandais, comment peuvent-i...l venir là comme s’ils venaient au théâtre ? Ils riaient, se disaient bonjour, attendaient… Nous nous savions… qu’ils allaient être surpris… Alors ça nous donnait la force…

15h50, le coup de sifflet, on déploie les banderoles ; il leur a fallu moins de trois minutes pour intervenir, une dizaine de fous furieux qui nous ont sauté dessus, certains sont montés directement, d’autres tiraient d’en bas, donnaient des coups de balais, ils arrachaient, tiraient hurlaient… Ce n’étaient pas des êtres humains que nous avions en face de nous…. C’étaient des psychopathes…

Une fois les banderoles arrachées, ils se sont apaisés un peu, mais ils n’avaient pas encore vu qui se passait en bas… Nos amis de combat s’étaient enchaînés sur le sable de l’arène ; plus de 50 personnes criaient « Abolition ! Abolition ! » en levant le point… 

J’ai essayé d’aller récupérer une banderole, mais un type m’a poussée dans l’escalier en me donnant un coup de pied et en me disant que ça suffisait ; son regard en disait long sur ce qu’il me ferait si j’essayais de remonter dans les gradins avec ma banderole…

Ca ne servait à rien, j’ai lâché ma banderole, je suis descendue, et j’ai sauté au milieu pour rejoindre mes amis… mes amis de combat..

Pas de chaîne alors je me suis mise au milieu du cercle pour crier avec eux « Abolition ! Abolition ! La torture n’est pas notre culture ! »

De là où j’étais, je pouvais voir les visages déformés par la haine de ces gens qui tapaient sur les miens, qui arrachaient leurs vêtements, qui arrosaient avec le puissant jet d’eau de pacifiques militants enchaînés, sans défense…

Comment comprendre ces êtres dans les gradins qui éructaient leur violence et réclamaient notre mise à mort en baissant le pouce vers la terre ?

Comment se sentir de la même espèce que ces gens-là ? Comment les considérer comme des humains ? Humains ??? 

Mais qu’importe, nous ne pensions qu’à vous qui attendiez, sans le savoir, votre dernière heure, dans ce camion derrière les arènes…. Pour vous… Il fallait tenir… Si on tenait suffisamment longtemps, ils annuleraient…

Ils ont hurlé, frappé, ils ont tiré, ils ont déchiré, ils ont donné des coups de poings, des coups de pieds, ils ont réussi à nous trainer hors de l’arène, un par un, parce que pour eux, ce qui comptait, ce n’était pas ce que nous faisions, ou pourquoi nous le faisions, mais que le « spectacle » puisse commencer….

Après qu’ils aient fini leur sale boulot, le premier, les portes se sont fermées finalement…

La fin d’un espoir, la fin de notre espoir de vous sauver hélas…

Après avoir repris mes esprits, ne sachant plus trop quoi faire, je me suis dirigée vers le camion, j’ai posé ma main sur la tôle, j’ai fermé les yeux, et je vous ai envoyé une pensée… pour vous demander pardon d’avoir échoué, mais nous étions là, nous l’espèce humaine, l’espèce « humaine » ; 

On sera là chaque fois… On ne lâchera pas tant qu’en France et dans le monde, on pourra torturer des animaux juste pour le plaisir…

Alors je ne sais pas si vous nous avez entendus, si vous avez senti notre présence, je sais juste que ce matin, quand je me suis levée, comme beaucoup d’entre nous présents hier, oui j’avais mal, au bras, au dos, à la tête, mais ce qui faisait le plus mal, c’est de devoir se réveiller dans un monde un peu moins beau… sans vous.

Alors j’ai cherché vos noms sur internet… sur les site taurins.. ; je voulais vous dédier notre action, mais ils ne sont même pas cités, vos noms…. Juste « 6 toritos de Dos Hermanas , « propriété » de Patrick Laugier ; c’est tout ce que nous saurons de vous, ça et que vous êtes morts sous les coups des apprentis tortionnaires… 

 

Avant que nous repartions, nous avons attendu les derniers.. Ceux d’entre nous qui étaient restés pour filmer la suite, ou prendre des photos… Une pensée pour notre ami qui nous a rejoint et qui n'a pu retenir ses larmes… parce qu’il a dû assister à la suite… Merci à lui… Merci à tous ceux qui étaient présents ce 8 octobre pour dénoncer la barbarie… et à tous ceux qui n’étaient pas présents mais qui luttent chaque jour pour qu'on arrête le massacre…

 

A vous les six veaux sans nom, votre calvaire est terminé, quand la corrida sera abolie, on vous enverra une pensée… A vous qui êtes tombés sous les coups des apprentis tortionnaires… 

Et pour l’heure, au nom de l’espèce Humaine… Pardon…

 

Delphine Simon,

Secrétaire du CRAC Europe, et trésorière de Minotaure films

 

Publié dans Témoignages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article